Week-end de 3 jours en parapente au printemps : du glacier de Saas Fee au lac Majeur

Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Ce début de printemps 2022, avare en neige, s’avère être la période idéale pour varier les plaisirs de vol. Malgré nos différences d’expérience en parapente, nous programmons un petit tour qui nous en mettra plein les mirettes.

Jour 1 : vol depuis le Mittelallalin à Saas Fee

Décoller à 3500 mètres, cela se prépare. Il faut bien se l’avouer, la couverture neigeuse du glacier de Saas est faible cette année. Sans être sur place, il est impossible de savoir si des crevasses ouvertes seront proches de l’aire de décollage. Du vent du sud-est, 10-15 km/heure est annoncé. À priori pas idéal pour un décollage orienté nord. Mais nous décidons de tenter le coup.
Après 2 cabines et un métro alpin, nous sommes au Mittelallalin, avec le souffle un peu plus court que d’habitude, altitude oblige.
décollage parapente Mittelallalin Saas Fee

Depuis le décollage, aucune crevasse visible. Il nous faudra cependant décoller sur une distance courte. Sans vent de face et avec une pente assez faible, nous aurions renoncé à pied. Mais à ski, cela semble toute à fait envisageable. Même si nous ne percevons aucun souffle d’air, nous avons conscience d’être sous le vent, le vol ne sera pas tout calme.
Je suis un peu stressée avant de décoller, pendant que David fait le pitre (vidéo).
Effectivement, nous volons un peu sous le vent, mais cela reste quand même agréable et le décor est hallucinant. Nous sommes quasiment seuls en l’air. Malgré les 1800 mètres de dénivelés, le vol est assez court car le fait d’être sous le vent nous fait perdre rapidement de l’altitude.

L’atterrissage est grand, légèrement en pente et peu enneigé, d’un niveau accessible pour pilotes récemment brevetés. Ce n’est cependant pas un atterrissage officiel de la FSVL. Après avoir plié nos ailes, nous profitons du soleil sur les terrasses de Saas-Fee. Puis nous prenons la route, direction le Tessin.

Jour 2 : marche et vol de Solduno à Cimetta

Première chose à mettre en évidence concernant Cimetta, l’atterrissage se trouve dans la TMA 2 de Locarno, un aéroport civil et militaire. Cette TMA est en HX. Sur la page Facebook « TMA Locarno », une indication probable de l’activation de la TMA y est donnée pour les prochaines semaines. Cependant, avant de décoller, il est recommandé de passer un coup de fil au numéro 091 816 17 44 afin d’être certain.e qu’elle n’est pas activée.
Il existe plusieurs chemins pour se rendre au décollage de Cimetta. Celui qui part de Solduno, en passant par Brè sopra est vraiment magnifique et agréable car il est efficace sans être trop abrupte. La majorité du chemin se trouve dans la forêt, en passant dans des quartiers typiquement « latins », avec des maisons colorées et de jolis jardins. Nous avons été guidés pendant les 500 premiers mètres de montée, par Figus, le chat du coin.
chat sur le chemin de Solduno à Cimetta

Si vous deviez avoir un petit coup de mou, vous pouvez toujours prendre le télésiège panoramique à la hauteur de Cardada pour rejoindre Cimetta.

Au décollage, printemps oblige, les conditions sont assez turbulentes, entre le vent de face dû aux thermiques et le léger vent de sud annoncé en altitude. Après avoir bien observé les cycles de vent, entre 20 et 30 km/h en rafale, je finis par dénicher un créneau plus calme qui me permet de décoller. Avec du +6/ +7 mètres/secondes et mes quelques mois de brevet, je vole tout droit. J’ai droit à deux belles fermetures latérales consécutives. De son côté, David est déjà perché plusieurs centaines de mètres plus haut.
La vue au-dessus du lac est magistrale et l’atterrissage dans le delta de la Maggia assez original. Si vous deviez chercher un logement, le camping Delta borde la Maggia et il est situé juste à côté de l’atterrissage.

delat Maggia atterrissage Locarno

Nous atterrissons l’un après et l’autre et nous profitons de la brise laminaire du lac (un coup de bol, normalement le vent de vallée rentre déjà fortement à cette période) pour réaliser une session gonflage en t-shirt et profiter de la douceur de ce mois de mars.

session gonflage parapente locarno david geiser

Jour 3 : vol depuis Mornera

Mornera est un spot réputé au Tessin pour des départs en cross. D’ailleurs, ce jour-là, plusieurs pilotes ont effectué des vols de plus de 150 km.
Un peu fatigué.e.s par les deux premiers jours, nous prenons le temps de déjeuner tranquillement et arrivons pour la cabine du funiculaire « Funivia Monte Carasso » de 11 heures. Pas de chance, la cabine compte seulement 8 places et elle est complète. La prochaine libre est à 12h30. J’ai à ce moment-là un petit doute sur le fait de pouvoir décoller car c’est de nouveau une journée « fufu ». Puisque nous y sommes, autant monter et David pourra de toute façon décoller.
Arrivés en haut, nous peinons un peu à trouver le décollage de Mornera. Il se trouve à l’est de l’arrivée de la cabine, à environ 10-15 minutes de marche. Il est un peu caché entre les arbres et « abrité » du vent, ce qui nous fait penser que la sortie risque d’être turbulente. Il y a des rentrées à plus de 25km/h. Pour moi, la décision est rapidement prise, je redescends en funiculaire.

Sur le retour vers le Valais, nous nous arrêtons pour une petite « gelato » artisanale, histoire de finir le week-end en beauté. Sans aucun doute, nous reviendrons voler au Tessin ! David de son côté a mis le vol de Saas-Fee dans son top 3 des vols de l’année (oui d’accord, nous sommes seulement au début 2022, mais pour un pilote qui vole depuis 18 ans, c’est quand même quelque chose).

Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Panier